Accès direct au contenu


Les métiers

L’état des lieux du besoin en formation résulte des échanges et des réflexions conjointes entre industriels, formateurs, partenaires sociaux etc.
Ainsi, trois grands domaines de compétences se dégagent :

Fabrication de biocosmétiques et de biomédicaments : comme le rappelle le rapport du LEEM, « le caractère innovant et la maturité relative des technologies de fabrication supposent la maîtrise d’un ensemble de compétences techniques et biologiques très pointues ». Il faut renforcer le savoir-faire en production de molécules par des systèmes biologiques et accroitre la connaissance des propriétés des bioactifs.

Maintenance des équipements de bioproduction : la fiabilité des outils de production est centrale dans les process biotechnologiques. Il existe un besoin de compétences en matière de maintenance des systèmes d’automatisation, de régulation, de micro-électronique, le tout allié à des connaissances en biologie pour être adapté à un environnement spécifique. Les industriels recherchent des techniciens opérationnels maîtrisant les risques sur les process et la production.

• Démarche qualité adaptée à la bio-production : un constat est posé en France, il existe un décalage entre l’offre de formation et le besoin de formation. Il faut d’une part faire évoluer les compétences pour les tests traditionnels de contrôle et d’autre part développer de nouvelles compétences techniques pour les tests additionnels spécifiques aux produits issus du vivant. En complément, il y a un net besoin de compétences sur les aspects règlementaires et juridiques liés à la bio-production.


Retour au site institutionnel